Article: La Sophrologie caycédienne

Parce que je suis issue d'une école caycédienne, je partage aujourd'hui un article paru sur le site www.doctissimo.fr, qui présente la sophrologie caycédienne, c'est à dire la sophrologie respectueuse des fondements de son créateur, le professeur Alfonso Caycedo. Cet article a le mérite d'être concis et présente la nouvelle définition, plus claire et plus accessible, qu'en donne Natalia Caycedo, qui a pris la relève de son père pour diriger ce grand navire. 

http://www.doctissimo.fr/html/dossiers/medecines-douces/articles/15927-sophrologie-caycedienne.htm

Je souhaite juste apporter quelques nuances à cet article, parce qu'elles définissent également la sophrologue que je suis.

- Je suis tout à fait d'accord avec l'énoncé que la sophrologie est incompatible avec la passivité. L'expérience me démontre régulièrement que si une personne vient en attendant tout de son sophrologue, sans s'engager, c'est à dire en ne pratiquant pas un minimum les techniques qui lui sont communiquées, rien ne se passera... ou pas grand chose. Il faut être très clair sur ce point. Cela n'a rien à voir avec les qualités ou les capacités que l'on croit avoir, ou pas, mais plutôt avec le niveau de désir que l'on a d'évoluer

- D'autre part, un point m'égratigne dans cet article, qui touche à la perception que l'on a des gens qui viennent à nous, sophrologues: l'article dit qu'ils sont pour nous des "clients" et non des "patients". Je ne peux acquiescer. Comme le mentionne l'article, la relation qui lie un sophrologue à son interlocuteur s'appelle " l'alliance sophronique ". Elle est basée sur la confiance et la bienveillance. Je ressens difficilement ces valeurs dans le terme de "client", qui ne valorise pour moi que l'aspect financier du service rendu, alors que "patient" me semble plus respectueux de ces notions fondamentales, y ajoutant celle de la "patience" et à travers elle, la notion d'évolution. Sans être médecin, je crois qu'être sophrologue ne se limite pas qu'à une simple transaction...

- Pour finir, un dernier point concernant les contre-indications: Il n'y en a quasiment pas sauf une: la condition d'être en possession de sa conscience! Puisque nous travaillons par elle, sur elle-même! Ainsi, quelqu'un en état d'ébriété ne sera donc pas apte à suivre une séance de sophrologie... entre autres exemples.

Sophrologie caycédienne évoluer

Commentaires (1)

1. LAVIELLE Jean Michel 01/10/2013

Bonjour,
Je suis tout à fait de votre avis concernant la notion de "client" en parant des personnes venant en consultation.
Cette appellation fait plus référence à un tiroir caisse.
Pour ma part j'ai toujours et continuerais à les percevoir comme des patients à la recherche de leur "moi".
Cordialement.

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site