Créer un site internet

BLOG : ART, ARTICLES & SOPHROLOGIE

Ce Blog a pour vocation de diffuser des articles et des réflexions sur la sophrologie, ainsi qu'une mise en lien de celle-ci avec des oeuvres lui étant parfois, en apparence, étrangères. Ceci, dans le but de vous faire appréhender plus facilement ses notions. Vous êtes cordialement invités à donner vos impressions et à partager vos expériences!

  • Le Syndicat des Sophrologues Professionnels interpelle Doctolib

    Vous avez sans doute entendu parler de la décision prise par la plateforme Doctolib de répertorier à l'avenir exclusivement les professionnels référencés par les autorités de santé, excluant de fait, très prochainement, les praticiens exerçant uniquement des activités de bien-être.

    Il est à signaler que cette décision ne tient aucun compte du sérieux des formations, des références, ni de l'expérience des praticiens exclus et que la sophrologie est un des dommages collatéraux de problèmes posés par quelques naturopathes. Bien que sa pratique n'ait rien à voir avec la naturopathie, elle est touchée par ces exclusions.

    Le Syndicat des Sophrologues Professionnels a donc décidé de réagir et interpelle Doctolib. Vous trouverez ci-joint son communiqué et je ne manquerai pas de vous tenir au courant de la tournure des événements.

    https://www.syndicat-sophrologues-professionnels.fr/le-ssp-interpele-doctolib.html

     

  • 3 réflexions en fin de séance

    Si certaines expériences sont particulièrement parlantes, profondes et inspirantes, elles ne sont pas forcément constantes chez ceux ou celles qui les vivent et tout le monde n'a pas nécessairement de révélations fulgurantes au cours d'une séance, ni même au cours de sa pratique régulière. Beaucoup avancent à petits pas. Certain/es sont embarqué/es où ils/elles ne s'attendaient pas. La sophrologie n'est pas moins puissante lorsqu'elle oeuvre à bas bruit et j'ai choisi de partager ici 3 reflexions recueillies en fin de séances, qui mettent en lumière des étapes de ce renforcement de la conscience.

    Ce qu'ils ont dit :

    - "C'est très étrange..." (la séance avait généré des phénomènes inattendus voire inconnus (des sensations, des émotions...) 

    >>> Notre pratique correspond à ce que nous sommes à l'instant T et l'un des buts de la sophrologie est d'enclencher ou de raviver la conscience de soi, en essayant de nous libérer des préjugés ou croyances que nous pouvons forger sur nous-même ou sur une situation (sous l'influence de divers contextes, personnes,..) Restaurer une écoute plus objective de soi peut révéler ce qui se cachait derrière le voile de nos certitudes, plus ou moins conscientes... et donner accès à quelque chose d'imprévu et d'inédit ! Cette expérience peut être déstabilisante mais gardez à l'esprit que c'est une vraie richesse qui vous met sur le chemin d'une cohérence profonde entre ce que vous sentez et ce que vous êtes vraiment (On comprend bien dans ce cas l'intérêt de se faire accompagner par un/e praticien/ne).

     

    - "Je n'ai rien senti..."  (il semble que rien ne se soit passé)

    >>> Pour rappel, l'écoute de soi est un apprentissage et cette démarche n'a rien d'évident, surtout au début, lorsqu'on en a pas l'habitude : Percevoir ce qui se passe en soi s'affine, se cultive et peut prendre du temps, variable d'une personne à l'autre. D'autre part, le moment où on pratique ses exercices pouvant influer sur notre qualité d'attention, les répéter régulièrement prend tout son sens car ces expériences sont évolutives.

    Pour ceux/celles qui continueraient de penser qu'il peut vraiment ne rien se passer, la démonstration est simple : Vous lisez ces lignes parce que vous êtes vivant/e... et que même si vous ne le sentez pas, un coeur bat dans votre poitrine : Il se passe toujours quelque chose !

     

    - "Je n'avais rien et maintenant, j'ai mal..." (comme si la séance avait éveillé certaines tensions)

    >>> Je pose comme préalable que rien n'a été forcé et que les exercices étaient emprunts de douceur et de respect : "Ne rien sentir avant la séance" est à reformuler : "on n'avait pas conscience avant" du point de tension, de la douleur, de l'émotion désagréable...

     La séance n'a pas éveillé les tensions mais elle les a révélé : cette nuance est importante ! Et mieux informé/e sur son état, il sera plus facile d'anticiper et répondre à ses besoins...

     

    S'il y a une certitude à avoir, c'est qu'aucune expérience ne peut être ratée, ni dépréciée*. On vit plus où moins profondément sa séance, ses exercices : on est plus ou moins disponible, les circonstances sont plus ou moins favorables. Et même si elle ne vous paraît pas impressionnante, chaque expérience est importante car elle constitue une pièce de votre écheveau.

    *Rappelez vous Bienveillance et non-jugement !

    Echeveaux de laine a xasqu

     

  • Importance de la répétition en sophrologie

    Si la pratique d'un exercice ou d'une technique permet de vivre une expérience unique, qui correspond à ce que l'on est, à l'instant T (une connexion à soi qui peut déjà apporter de nombreux bienfaits), c'est une répétition régulière qui permet d'acquérir la connaissance, la profondeur, la fluidité et les bons réflexes de cette pratique.

    La répétition est un sillon qui s'approfondit à chacun de nos passages, qui finit par tracer un chemin que l'on reconnaît et qui crée des repères, quel que soit l'environnement. Lorsque la vie vient nous secouer, c'est cette trace qui nous permet de tenir notre ligne de conduite et, en cas de tempête, de ne pas nous perdre totalement.

    Ces répétitions forment un entraînement et c'est aussi en cela que la sophrologie ne peut se réduire à un kit de trucs et astuces pour aller mieux et gérer du stress.

    Cet entraînement apporte de la profondeur à notre vécu, à l'écoute de nos ressentis et développe notre capacité d'accueil et d'acceptation de ces ressentis. Il développe une meilleure connaissance de soi dans une vision globale et bienveillante de soi (ses besoins, ses limites, ses capacités, de mieux en mieux identifiés).

    Plus on pratique, plus c'est simple.

    Je parle de répétition, d'entraînement. Je pourrais parler aussi de rituels à glisser dans notre quotidien pour nous aider, nous fortifier, nous rappeler à nous-mêmes et à nos aspirations. Mais je ne parlerai pas de "routine" car rien dans cette répétition des exercices ne ronronne jamais. L'habitude n'y a pas sa place puisqu'il s'agit de vivre chaque expérience dans l'authenticité de ce que nous sommes, dans l'instant unique que nous vivons ! C'est également ainsi que nous fortifions la pertinence de notre pratique, notre capacité d'adaptation et la structuration de nos projets.

    Au début, il faut y penser et souvent, l'effort est là.

    C'est ce qui ressort régulièrement des groupes hebdomadaires que j'anime. Certaines personnes me disent que malgré tous les points positifs d'une séance guidée, elles ne pratiquent plus dès qu'elles sont seules parce qu'elles n'y pensent pas.

    Tout en rappelant que chacun va à son rythme dans l'intégration des exercices (selon son vécu, son état de santé, etc...), au bout de quelques séances, il n'est pas rare qu'après avoir encore déclaré "je n'ai rien fait", ces mêmes personnes constatent au détour d'une question que je leur pose ou du récit d'une anecdote, qu'elles ont pratiqué une ou plusieurs fois, un ou des exercices dans leur quotidien... La notion d'effort est tellement ancrée chez certains que si quelque chose ne coûte pas, c'est comme si elle n'existait pas ou ne méritait pas d'attention, et dès lors, passe inaperçue.

    Ce partage d'expérience avec mes groupes pour mettre en lumière que la répétition peut donc s'installer bien plus facilement qu'on ne le croit ! Et que cet entraînement est un cercle vertueux : Les bienfaits entraîne la répétition et la répétition approfondit les bienfaits...

    F.C.

    Chemin crete

  • Prendre sa météo intérieure

    Bien souvent, la première recommandation que l'on trouve quand on cherche à se recentrer, à trouver de l'apaisement, faire une pause... c'est d'activer sa respiration abdominale. C'est un fait que se relier à sa respiration profonde est un atout dont la liste des grands bénéfices est longue.

    Mais pour ma part, je trouve qu'on oublie une étape majeure. Car pratiquer un exercice (aussi bon soit-il) sans prendre le temps de savoir où on en est, ce qui nous anime, ce que j'appelle "prendre sa météo intérieure" risque de nous priver d'une partie non négligeable de l'intérêt représenté par l' exercice.

    Imaginez que vous deviez partir en promenade et rejoindre une destination. Comment allez-vous vous diriger si vous ne savez pas quel est votre point de départ ? Et comment atteindre votre objectif si vous ne connaissez pas les conditions de votre voyage ?

    Cette étape majeure dont je parle est l'écoute de sa respiration naturelle. Elle a tant à nous raconter de notre état physique, mental et émotionnel. De ce que nous sommes dans l'instant. En prenant le temps de l' accueillir, authentiquement, sans jugement, on se donne les moyens d'enrichir nos perceptions, d'affiner la connaissance et l'acceptation de soi, d'établir plus précisément quels sont nos besoins.

    2, 3 minutes peuvent suffire pour (re)prendre conscience de notre posture (et peut-être l'améliorer), de la profondeur de cette respiration (est-on en apnée, est-ce confortable ou pas, quelle régularité...), des émotions qui se manifestent...

    L 'exercice propose de venir écouter, sans autre consigne, notre fonction vitale (pratique car tout le monde la possède et ne nécessite aucun accessoire ni contrainte particulière). Souvent, les personnes me disent que c'est la simplicité de l'exercice qui les déstabilise au début. C'est également un des enjeux de cette étape : s'extraire du conditionnement à "faire". Ici, il s'agit juste d'écouter et d'accueillir, et nous sommes rarement éduqués à nous porter cette qualité d'attention, simple et bienveillante.

    Envie d'en savoir plus ? N'hésitez pas à me contacter si vous souhaitez être accompagné(e).

    #sophrologie #respiration #respirationnaturelle #bienveillance #accueil #ecoute #calme #apaiser #etape #physique #mental #emotions #Meteo #attention

    Femme tenant un nuage 1

  • Groupe de Sophrologie - Expériences

    Cela fait plusieurs semaines que les groupes de sophrologie que j'anime ont repris. De séance en séance, au fil des techniques et exercices, je recueille, comme il se doit, les retours d'expériences des participant(e)s (ou phénodescriptions pour les initiés) ainsi que leurs réflexions, observations plus générales et questionnements qui ne manquent pas de surgir au cours de ce cheminement.

    Ces moments de paroles, qui reposent sur la confiance et l'absence de jugement, sont toujours très riches grâce à la diversité des vivances (vécus) qui s'expriment, avec leurs singularités ou au contraire leurs similitudes; également parce que ces échanges, dans la durée, permettent d'observer le processus à l'oeuvre en chacun(e).

    Cette semaine, des témoignages m'ont fait particulièrement chaud au coeur par leur clarté et leur belle cohérence avec les valeurs portées par la sophrologie, telle que je l'aime et telle que je veille à la pratiquer.

    Je partage ici quelques morceaux choisis qui me semble-t-il en disent plus que de longs discours sur les étapes de ce cheminement, le respect des rythmes, des vécus, des différences de chacun(e) inhérent à la sophrologie, ainsi que sur ses bénéfices tels que la rencontre majeure que l'on peut faire avec soi-même, l'acceptation de ce que l'on est, l'émergence d'un regard neuf, une harmonisation de son corps et de son mental qui sont en perpétuels ajustements, la conquête de son autonomie...

    L'observation d'une évolution est unanime, et confirmée pour certain(e)s par leur entourage... L'une des personnes de ce groupe, très assidue depuis le début, a fait part de sa grande découverte ces jours derniers, où sur une sophronisation de base (une technique d'écoute/accueil de son corps, qui peut trouver un équivalent dans le scan corporel de la méditation), pour la première fois, elle a accepté de se vivre, sans chercher "à faire", sans que l'attention qu'elle se portait ne génère une quête de résultat, sans qu'un conditionnement ne s'enclenche... Sa respiration et ses sensations ont alors pris une autre résonnance, dans l'authenticité de son être. Ce ressenti (cette vivance) lui a ouvert un espace jusqu'alors inconnu, qui colore de façon inédite les expériences qu'elle vit depuis et un apaisement tout neuf affleure...

    Pour une autre, elle a observé que de plus en plus régulièrement des exercices surgissent spontanément dans son quotidien et, tantôt renforcent le bien-être qu'elle ressent, ou qu'elle active, tantôt lui permettent de rétablir une saine distance avec des événements problématiques (tels ceux qui avaient surgi dans son cadre professionnel. Un dialogue a pu alors s'instaurer et des solutions ont émergé pour apaiser des conflits franchement déclarés ou qui couvaient). D'autre part, malgré un mental souvent très actif, elle constate que des exercices lui permettent de se détacher de cette surpuissance et qu'elle gagne alors en profondeur d'écoute, en richesse de sensations et en qualité de relâchement corporel.

    En dernier exemple, la personne vivait jusqu'à peu très positivement nos séances hebdomadaires, tant qu'elles étaient guidées, mais elle n'arrivait pas vraiment à les relier avec ses situations de vie ordinaire, ni à s'entraîner seule. Elle a eu un déclic récemment et s'est mise à pratiquer des exercices dont elle sent les bénéfices particuliers. Elle se sent devenir plus consciente de ses besoins. Ainsi, elle perçoit qu' une épreuve familiale qu'elle traverse s'en trouve notablement allégée et que depuis quelques séances, ses perceptions s'affinent et s'enrichissent.

    Ne trouvez-vous pas qu'au travers de ces retours généreux, on comprend mieux en quoi ils constituent un point fort de la pratique collective ? Ils sont souvent très inspirants pour les autres (...un ressenti commun qui éveille une compréhension diffuse, un exercice qui révéle son intérêt jusqu'alors inaperçu, la prise de conscience qu'une étape de la séance leur a échappé, qu'ils/elles n'ont pas entendu la même chose...)  Dans la pratique de groupe, beaucoup sont réconfortés de vivre une expérience commune où chacun(e) trouve la liberté de cheminer à sa mesure.

    Si ces paroles vous ont apporté des éléments de réponses ou touché, je vous rappelle que des groupes de sophrologie se réunissent les lundis de 18h à 19h30 et les mardis de 09h à 10h30 à l' Association du Parc G Brassens >>> Paris 15ème (Infos & inscriptions sur place ou au 01.45.30.13.82). Je serai heureuse de vous y retrouver.

    Istockphoto 1133515029 612x612

  • To do list ou pas du tout ?

    A propos de la To Do List (très à la mode en début d'année)

    >>> car il y a ceux qu'une telle liste peut aider à se structurer pour mieux se réaliser. Dans ce cas, en veillant à garder des objectifs réalistes, percevez à quel point elle vous rassure et vous soutient pour garder votre cap et alimenter votre motivation. Cette liste vous permet  d'être plus réceptif aux opportunités qui se présentent et même de les créer... Elle vous ouvre le coeur et l'esprit. Vous la conservez et en tirez de la force !

    >>> et il y a ceux que cette liste risque d'enfermer dans l'enfer des injonctions. Elle vient ajouter une pression supplémentaire à celles déjà existantes, et son effet est d'autant plus pervers que vous l'avez créée pour vous aider, pensant bien faire. Peut-être que cela vient de vos objectifs trop peu cohérents avec la réalité de votre situation actuelle... peut être que ce cadre que vous avez posé ne correspond pas à votre façon de fonctionner... Dans tous les cas, cette liste vous coupe de vos besoins et le mal-être ou la culpabilité dont elle vous charge, si vous n'arrivez pas à la tenir, atteste bien qu'elle est inappropriée dans votre cas, voir toxique... D'autres outils existent ! Et un recyclage origamique de cette liste est une jolie issue...

    Encore une fois, il est important de respecter son ressenti lorsque l'on met en place un outil, qui peut pour l'un apporter d'énormes bénéfices et pour l'autre, créer de la souffrance.

    Quand on ne s'écoute pas, même porté par les meilleures intentions, il est difficile de ne pas se détourner de soi.

    >>> Et vous, qu'est-ce qui vous réussit le mieux ?

    Bonne semaine à toutes et à tous!  F.Christmann

    Mesanges origamiSeconde vie de To do list quand elle n'est pas pour vous !

     

  • Sophrologie & Littérature : un texte de Christiane Singer

    Je partage avec vous ce coup de coeur pour un texte qui peut s'apparenter à une grande et belle expérience sophrologique et dont Christiane Singer nous livre avec grâce la saveur.

    L'auteure donne un aperçu du processus de l'intime rencontre que l'on peut vivre avec soi-même. Dans une scène ordinaire de coucher, on y trouve l'aptitude que nous cultivons en sophrologie à habiter pleinement l'Instant, à accueillir ce qui vient à nous sans lutte et sans esquive, et par là même, à "ouvrir un autre regard" comme l'exprime avec simplicité et délicatesse cette talentueuse plume.

    Et vous, (re)connaissez-vous le parfum d'une telle expérience?

    "J'ai fait connaissance des nuits simples. Délectables. Des nuits sans rêve particulier. Des nuits où personne ne cogne à votre porte ni à votre mémoire, où aucun klaxon, aucun téléphone ne raie le silence. [...] Ainsi cette nuit s'est approchée de moi d'un pas glissé, confiant. L'envie de faire quelque chose, de lire une lettre, de fureter dans un tiroir m'a quittée tôt. Mon lit dont une main attentive a rabattu un coin de drap vient à ma rencontre comme une barque sous la lune. Tout semble prêt pour la traversée, et pas une once d'appréhension. Quelque chose est préparé là depuis le début des temps pour m'accueillir. [...] De pareille nuit, qu'y aurait-il à dire, pensent le naïf, l'aventurier, l'amant? Or c'est l'absence de reliefs et de contrastes qui affine la perception, laisse différencier des nuances jusqu'alors indécélées; j'entre dans la zone où ce qu'on appelle blanc a quatre-vingt-dix-neuf qualités dans la langue des inuits. Sous la paupière s'ouvre un autre regard."

    Extrait "Les sept nuits de la reine" Christiane SINGER

    Endormie 1

  • Douceur et Beauté avec le PARIS X de Julia Drouot

    Qu'il est bon de partager avec vous ce morceau de Julia DROUOT qui souffle de la douceur et de la Beauté dans ce froid de Janvier... J'espère qu'il brassera en vous autant d'émotions et de bien-être qu'il l'a fait en moi :-)

    Je vous souhaite un très bon week-end à toutes et à tous ! F.C.

     

    https://lnkfi.re/L4dv1Wug?fbclid=IwAR35CLr1FcCQ2jWcu0a6adalayt2sAYjrihaknDJ8pL6Ps7_KJ_spTdpiEo